Dans la Fonction publique, les corps d'enseignement n'entretiennent pas entre eux de rapports hiérarchiques. Leur actuel découpage est seulement fonction du niveau (de l'enseignement primaire à l'enseignement supérieur) et du type d'intervention (enseignement à des publics plus ou moins spécifiques ; enseignement assorti ou non d'obligations de recherche). Chacun de ces corps a une vocation spécifique précisée par des statuts, et les épreuves des concours de recrutement sont donc déterminées en fonction des vocations statutaires et des correspondantes.

Il y a, certes, des domaines d'intervention communs aux différents corps ; il en va ainsi des classes de lycée pour les agrégés et les certifiés, des premier et second cycles universitaires pour les agrégés et les enseignants chercheurs. Le SAGES estime que le recouvrement a des vertus tant qu'il reste raisonnable et limité : il évite les cassures entre les différents cycles et permet une réelle souplesse dans la répartition des enseignements. Pour autant, le SAGES exige que les agrégés continuent à avoir vocation prioritaire à exercer dans les classes de spécialité de première et de terminale, dans les classes préparatoires, et dans le supérieur, et dénonce toute tentative de fusion des corps des agrégés et des certifiés. Il est opposé, en outre, à la présence massive, et souvent non souhaitée, d'agrégés en collège.

Le SAGES demande que l'administration offre de bonnes conditions de préparation aux enseignants d'un corps qui souhaitent intégrer un autre corps (certifiés désirant devenir agrégés, agrégés souhaitant préparer une thèse puis devenir maîtres de conférence ou Professeurs d'université). Notre syndicat, en toute logique, n'admet donc pas que deviennent agrégés des personnels dispensés du concours, ce qui, selon lui, constitue une atteinte regrettable au principe républicain du recrutement par concours, et dénature gravement, et le statut, et la qualité d'agrégé.

Enfin, le SAGES est opposé à une formation pratique des agrégés stagiaires confondue avec celle d'autre(s) corps, telle qu'elle se pratique actuellement dans les ESPÉ (ex-IUFM). Il demande que cette formation prenne en compte les vocations spécifiques du corps des agrégés. Voir le document intitulé "titularisation et formation pratique des professeurs agrégés", ou .